Un tatouage ? Heu, pas trop... » Tatouage et piercing

 Un tatouage ? Heu, pas trop...

13/4/2010

Un tatouage ? Heu, pas trop...



Les tatoués ne sont pas à moué.

Je préfère la vraie peau à l'encre rajoutée dessus, par quelqu'un d'autre que vous. Ou alors, si vous insistez, un minuscule rajout intemporel, pas davantage.

Pourquoi ne pas conserver la peau originelle du bébé qu'on a été ? Vous m'objecterez que votre peau de bébé a vu depuis belle lurette ses cellules poncées, desquamées, renouvelées, bref remplacées par votre cuir actuel. Cependant, en parfaite inobjectivité, je resterai ferme sur ma position : on ne renie pas l'enfant qu'on a été ! Mais on l'enrichit, on le fait grandir et on le complète, me direz-vous. Certes. Mais lisez la suite, si vous êtes toujours là.

Second argument. Le message qu'on veut transmettre évolue avec la vie. Voyons voir, prenons quelques exemples : à 15 ans, vous faites écrire « Fuck the world », mais à 20 ans, il vous prend soudainement l'envie de rajouter « Fuck the world sauf ma copine Sophie ». Malheureusement pour vous, à 25 ans, vous voudriez biffer Sophie et graver Andréa à la place, et vous êtes alors embêté… Vous voyez, vous regrettez déjà de ne pas avoir choisi comme dédicace « j'aime ma maman » !

Tertio, je ne commenterai même pas les codes barre qu'on aperçoit sur certains petits corps. Ils me rappellent immanquablement les tristes numéros qu'on apposait sur certains bras dans les temps horribles et désespérants que vous savez.

Mais, me direz-vous, je ne veux rien écrire, aucun mot, seulement une image artistique, un magnifique dessin. Bon. Je vous entends, mais lequel ? Un aigle ? Commun, déjà vu, limite prétentieux. Un panda ? Pas mal comme totem, d'autant plus que cette espèce n'existera peut-être bientôt plus ailleurs que dessinée sur votre cœur. Mais vous n'êtes pas assimilable à un animal. Un visage alors ? Pas mal, mais idem qu'au secundo : vous devrez probablement rajouter d'autres visages par la suite. Une création hautement stylisée et symbolique ? Ah, là j'hésite. Si vous avez trouvé l'œuvre essentielle et ultime qui vous accompagnera à vie, d'accord.

Bref, à mon idée, je choisirais plutôt la décalcomanie, le henné, la peinture, ou toutes autres techniques qui ont le mérite de ne pas être débiles indélébiles.

Mais il se peut que j'aie tort. Commentez en cas d'avis contraire...
Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |